Saturday, 23 January 2010

Rev. Fr Bernard Hafkenscheid, C.SS.R. – Chapter IV

Doctor of Theology
and One of the Greatest
Redemptorist Missioners of All Time

Written by Rev Fr M.J.A. Lans
Professor at the Minor Seminary of Haarlem, Holland

Click Here for all Fr Bernard chapters posted to-date


CHAPTER IV
Summary in English

In March, 1829, Fr. Bernard and the Dutch Student Colony at Rome were delighted to hear that their beloved former seminary rector had been named Bishop of Liege. (Cornelius Richard Anton van Bommel was born at Leyden on 5 April1790 and died on 7 April1852. He entered the seminary of Münster and was ordained priest in 1816 by Bishop Gaspard Droste de Vischering. On his return to Holland he had founded a college for young men at Hageveld, near Haarlem, the same that had been closed in 1825 in consequence of the royal decree that subjected all the educational institutions to state control. King William offered van Bommel the presidency of another college, but met with a firm refusal. He took a prominent part in the protest that forced the king to promulgate the Concordat concluded with Pope Leo XII. Under the provisions of the Concordat, van Bommel was nominated to the See of Liège and consecrated on 15 November, 1829. He organized the seminary, revived Catholic elementary education, and gave the first impetus to the foundation of a Catholic university.) His nomination was the source of animated correspondence between Rome and the Netherlands and indeed at this time things in Holland did begin to change for the better. The conditions of the concordant were somewhat implemented although not yet fully. The students studying abroad remained a thorn in the side of William II.
In Rome the students were assembled by the Count of Celles, and read an ordinance in which they were informed that if they did not return to Holland immediately they would never be permitted to hold the position of parish priest in their country. After some consideration, and at a second meeting, Fr. Bernard, as their ‘spokesman’ firmly announced their resolution to remain at Rome.

By a Decree on 2nd October 1829, William I of Holland permitted the opening of the diocesean seminaries as well as the lifting of the penalties on students abroad who returned to Holland before 1st February 1830. The news was announced in Rome after an audience of the Court of Celles with the Pope to the great delight of Fr. Bernard. The question however soon arose as to whether they would have to return to the Dutch Seminaries or if they could complete their studies in Rome. The decree was a little obscure in its details, which caused them some confusion. Fr. Bernard wrote that if it was the will of his parents and the ecclesiastical authorities he would return home. It is believed that the Archpriest under whose jurisdiction they fell gave them permission to continue in either place.

In June 1830 both Beelen and Hafkenscheid received an invitation from the same Archpriest Jan Van Banning who governed the Church in Holland and Zealand to return as – in Fr. Bernard’s’ case – Professor of Philosophy at the Hageveld Seminary. After much thought and consultation with enlightened persons, he politely declined the offer which was indeed very flattering to them. Their future now stable, the two friends had also reached the first steps of their journey towards the altar. Both were given the minor orders on Ember Saturday 1829 and received the sub-deaconate at the hands of the Cardinal Vicar on Holy Saturday, 10th April 1830.

At the end of the year of study Fr. Bernard now gained three medals - for Dogmatic Theology, Moral Theology and Hebrew. This fact he communicated with great joy to his parents – rejoicing at the pride they would feel. He had a great devotion to them both and consecrated many hours to writing them long and detailed letters, simply to give them pleasure, doing what he could, he said, to render to his father what he owed him either in medals or prayers. The prayers he called the capital and the medals the interest.

On Holy Saturday 1831, he received the deaconate. The opportunity to study in Rome and the excellent courses given had developed his mind to an extraordinary degree. Fr. Bernard was also very generous while at Rome to assist financially fellow students from Holland and Brabant.

Also his stay at Rome and his contact with the Sovereign Pontiffs developed in him – at this time when there were already difficulties in the Papal States – a lively dedication to the successor of Peter. During his studies he witnessed the reign of three popes and his letters are full of descriptions of the funeral ceremonies and coronation of these Popes; Leo XII, Pius VIII and Gregory XVI – as well as about the political unrest which started at this time. His solution to the problems he summarised into two words – patience and prayer. During these years he was a witness too of the extraordinary piety of the Roman people and their prayers for the cause of the Sovereign Pontiff – particularly one evening at the exposition of the relics of the Holy Apostles Peter and Paul at St. John Lateran’s, where the crowd was so great that it appeared as if they had come to take over the church as would a vast crowd of revolutionaries.

During this time in Rome, Fr. Bernard was fortunate in having the opportunity to learn much by assisting at the sermons of many excellent preachers who spoke powerfully but on the simple style of the Gospel – something so dear to St. Alphonsus. It was here that he began his formation as a preacher which he would later perfect and use to such magnificent effect in Europe and America.

During his holidays he was able to make many pilgrimages – themselves a formation – to such places as Montefalco, Assisi, and Loretto. The latter made a particularly profound impression on him, along with the piety of the Italian country people when he saw them, while approaching the shrine, on their way home in the streets wearing crowns of flowers as a sign of having made the pilgrimage to the Holy House.

This somewhat longer chapter gives long and interesting excerpts from many of Fr. Bernard’s letters from the epoch.

CHAPITRE IV
SUITE DU SUJET PRECEDENT


Au mois de mars 1829, se répandit tout d'un coup, parmi les jeunes Hollandais étudiant à Rome, un bruit qui ne tarda pas à être reconnu conforme à la vérité, et qui leur procura à tous une joie extraordinaire. Laissons la parole à Bernard Hafkenscheid : "Oh ! s'écrie-t-il, oh ! la bonne ! la grande nouvelle ! M. le régent Van Bommel, nommé évêque de Liège ! Si jamais il m'a été donné d'apprendre à Rome une nouvelle inattendue, c'est bien celle-là. Oh ! notre bon et bien-aimé régent ! Cela nous montre que le vrai mérite, quelque caché qu'il soit, finit par être mis en lumière ! Cette nouvelle nous rend presqu'ivres de joie. M. le régent Van Bommel, évêque ! Voilà les paroles qui, tout le long du jour, nous reviennent sur les lèvres ! Que Dieu lui donne sa grâce, afin que son élévation à cette dignité soit pour le plus grand bien des âmes. C'est avec une vive impatience que j'attends le premier consistoire du nouveau Pape (Pie VIII); aussitôt que la bouche du Souverain Pontife aura préconisé notre bien-aimé régent, une lettre partira de Rome pour aller le féliciter."

Un peu plus tard, il écrivait encore : "De toutes les lettres que j'ai reçues de vous jusqu'à ce jour, la dernière m'a été sans contredit la plus agréable et la plus intéressante. Que nous soyons fondés à attendre avec assurance la fin prochaine de nos épreuves, nous en avons un gage dans la nomination du régent Van Bommel à l'évêché de Liège, et dans les circonstances qui l'ont précédée et accompagnée. Je me réjouis chaque jour et à chaque heure du jour, et tous ceux qui ont à coeur les intérêts de la Hollande, se réjouissent comme moi de cette promotion heureuse et inattendue. Les grands talents du régent et les éminents services qu'il a rendus à l'Eglise, ces trois dernières années principalement, l'ont rendu plus que digne de l'épiscopat. Aussi n'y a-t-il aucun doute, que, secondé par tous ceux qui défendent la bonne cause, il ne soit d'un grand secours pour l'Eglise. Que Liège se félicite de l'avoir pour évêque, et prie Dieu avec ardeur de lui garder longtemps un tel pasteur !"

Une brillante fête d'adieux avait été célébrée en Hollande en l'honneur du régent, fête où l'amour et la reconnaissance de ses anciens élèves s'étaient manifestés avec un élan extraordinaire; la petite colonie de Rome en fut bientôt informée. "Il faut bien, écrit Bernard, que la fête d'adieux offerte à notre digne régent ait été splendide. Du moins la description que vous m'en avez faite montre clairement que tout a conspiré à rendre des honneurs et des remercîments convenables à celui dont le nom demeurera vivant dans tous les coeurs, qui a rendu de si grands services à l'Eglise et qui lui en rendra à l'avenir de plus signalés encore. Ses mérites transcendants, jusqu'ici cachés derrière les murs de Hageveld, vont enfin être révélés; l'Eglise de Hollande tout entière va bientôt partager avec nous cette haute estime dans laquelle nous l'avons toujours tenu, nous qui l'avons connu de plus près ... Peu après la réception de vos lettres, j'étais à les lire dans un petit cercle de Néerlandais romains; voilà que tout à coup nos mains s'emparent de nos verres, nous trinquons, et dans un hoezee répété, nous buvons à la santé de l'évêque de Liège. Vraiment, vos comptes-rendus et la lettre envoyée au Courrier étaient de nature à exciter un tel enthousiasme ... Si les adversaires ont encore un petit grain de bon sens, ils ne doivent pas être peu embarrassés, en voyant un éloge si éclatant donné à Hageveld, à son régent et à ses élèves !"

Bernard ne s'était pas trompé; depuis la promotion de Mgr Van Bommel, la cause des Catholiques néerlandais commença à prendre une tournure plus favorable. Les étudiants de Rome suivaient avec un intérêt toujours croissant chaque évènement qui se passait dans leur patrie. Ils désiraient ardemment voir la fin de tant de mesures attentatoires aux droits de l'Eglise, et conjuraient Dieu d'exaucer ce désir de leurs coeurs. Vers cette époque, Bernard écrivait : "Je laisse les Russes et les Turcs se battre ensemble; pour moi, quand je m'occupe de politique, je ne fais attention qu'aux affaires de notre pays."

L'exécution du Concordat, nous l'avons déjà dit, avait été différée à plusieurs reprises. A la vérité, avant même la conclusion de ce pacte, le gouvernement des Pays-Bas avait donné l'assurance que l'obligation de suivre les cours du Collège philosophique serait annulée; mais il ne tenait aucun compte de ses engagements. Ce fut seulement par un décret du 20 juin 1829, que l'on donna finalement suite aux conventions du Concordat, et encore ne fut-ce qu'à demi. L'assistance aux cours du Collège philosophique était, il est vrai, déclarée facultative pour les jeunes gens qui désiraient faire leurs études théologiques dans les séminaires épiscopaux; mais les étudiants qui séjournaient à l'étranger, restèrent une épine dans l'oeil du gouvernement.

Un jour, tous les étudiants néerlandais résidant à Rome reçurent ordre de comparaître, à jour et heure déterminés, devant Son Excellence le comte de Celles [1]. Personne ne savait ce dont il s'agissait. Lorsque, au moment fixé, tous furent réunis à l'hôtel du comte, M. Germain parut, accompagné de son secrétaire. Il fit lecture d'un mandat qu'il disait avoir reçu du gouvernement néerlandais; en vertu de ce mandat, tous les étudiants de Rome avaient à retourner immédiatement dans leur patrie, afin d'achever leurs études au Collège philosophique. S'ils refusaient d'obtempérer à cet ordre, jamais ils ne pourraient espérer remplir dans leur pays les fonctions de vicaire ou de curé. A cette nouvelle, ils se regardèrent les uns les autres avec surprise. Mais bientôt Bernard, prenant la parole, déclara au nom de tous qu'ils ne pouvaient tout d'un coup donner une réponse définitive, qu'ils désiraient prendre conseil de leurs supérieurs, que par conséquent ils demandaient quelque délai avant de se prononcer.

Quelques semaines plus tard, ils furent de nouveau cités à comparaître devant Son Excellence, et personne ne manqua à l'appel pour le jour indiqué. On leur fit lecture du même mandat, la menace de la peine fut réitérée, et on les somma de donner une réponse. "Notre ferme résolution, dit Bernard d'un air grave et réfléchi, est de demeurer à Rome et d'y achever nos études." Après leur avoir fait de vifs reproches sur leur esprit de révolte contre le gouvernement et sur leur peu d'amour pour la patrie, on les congédia en leur déclarant que leur résolution serait notifiée sans retard au gouvernement. En réalité, ils n'eurent jamais lieu de constater les suites fâcheuses de leur conduite en cette circonstance.

Quoiqu'il en soit, Bernard put encore écrire avec raison le 1er août 1829, que l'expression tant répétée : "Tout s'arrangera", signifiait peu de chose, et que le décret du 20 juin n'avait apporté aucun changement essentiel dans la situation. - "Il paraît, continuait-il, que l'arc est toujours tendu à l'égard de ceux qui étudient à l'étranger. C'est sans doute à cause des principes étrangers et anti-patriotiques, qui leur sont inculqués. Mais pourquoi le comte de Celles, ou quelqu'un de sa suite, n'a-t-il pas, durant son séjour triennal à Rome, honoré au moins une seule fois de sa présence le Collège Romain, qui est ouvert à tous ? Son Excellence, qui nous a constamment épiés avec des yeux d'aigle, aurait-elle jamais pu mieux se convaincre de l'enseignement de ces principes pervers que les jeunes gens puisent à l'étranger ? A la bonne heure; voilà que le sort en est jeté : la porte du saint ministère est fermée aux jeunes gens qui quittent leur pays sans en avoir obtenu la permission.

Nous attendrons jusqu'à ce que cette chanson soit finie. Ici, à Rome, j'ai plus de jouissances que ne pourrait m'en procurer la Hollande; quant à l'avenir, je l'abondonne au Seigneur."

Souvent aussi il exprimait sa profonde indignation contre les inventeurs et les défenseurs du Collège philosophique; mais en même temps, plein de confiance dans le secours de la divine Providence, il écrivait : "Vous voulez, paraît-il, m'inspirer du courage, comme si de tels décrets me jetaient dans le trouble. Oh ! si vous saviez combien peu ces mesures m'embarrassent !

Celui qui met un frein à la fureur des flots,
Sait aussi des méchants arrêter les complots."

Aussi, lorsque, à la fête des saints apôtres, Pierre et Paul, il assistait au saint sacrifice de la Messe, il sentait son coeur battre d'un ardent amour pour son pays, et il n'oubliait pas "d'invoquer la protection du chef des apôtres pour les catholiques des Pays-Bas."

Faut-il s'étonner que Bernard et ses compagnons d'études, après avoir pris une part si sensible aux douleurs de l'Eglise de Hollande, après avoir tant prié pour obtenir du ciel des temps plus favorables, se soient réjouis de tout coeur lorsque les jours de deuil furent enfin passés ? Le 2 octobre 1829, parut le décret suivant du roi Guillaume Ier : "Considérant le deuxième article de la convention du 18 juin 1827, passée avec le Saint-Siège et ratifiée par Nous le 25 juillet de la même année, et qui porte : "Chaque diocèse aura son chapitre et son séminaire," Nous avons décidé et décidons :

"Art. 1. ... Nous déclarons que les évêques qui veulent ouvrir leur séminaire épiscopal, sont autorisés à pourvoir incontinent à son organisation ...

"Art. 2. Les jeunes gens qui ont fait leurs études préparatoires hors du pays, et qui se présenteront avant le 1er février (1830) pour être admis aux séminaires épiscopaux, nous les dégageons des règlements de notre décret du 14 août 1825, les assimilant à ceux qui ont fait leurs études hors du pays avec notre consentement."

Nous laissons de nouveau la parole à Bernard Hafkenscheid. Il va nous décrire la satisfaction que le décret royal apporta aux séminaristes hollandais de Rome : "Vous ne sauriez comprendre quel indicible plaisir votre dernière lettre nous a causé à tous ... Une rumeur vague, qui ne tarda pas à se confirmer, nous avait appris que quelque chose d'important allait se passer dans notre pays, que les affaires ecclésiastiques avaient reçu une toute autre direction, et que, par un nouveau décret, des stipulations fort avantageuses avaient été arrêtées à l'égard des étudiants expatriés. Voilà que tout à coup nous lisons le texte de ce décret dans la Gazette de France. Bien plus, M. Germain a eu une audience du pape, et dès le lendemain, le décret se trouvait dans le Diario di Roma. - Oh! combien Beelen et moi, nous soupirions après les correspondances d'Amsterdam ! car c'était seulement alors que nous devions être parfaitement informés de tout. Et voilà que les lettres nous arrivent ! Quelle joyeuse, quelle importante nouvelle ! "

Et dans une autre lettre : "Croyez bien, dit-il, que jamais nous ne nous trouvons ensemble sans nous réjouir de l'heureuse tournure qu'ont prise les affaires ... Les évêques rétablis sur leurs sièges, le toujours cher Hageveld ouvert de nouveau, la jeunesse des écoles auparavant dispersée, rappelée dans les lieux qui lui sont destinés, une source nouvelle de bénédictions ouverte pour l'Eglise des Pays-Bas. Voilà autant d'évènements qui, même à Rome, causent une joie d'autant grande que toutes les prévisions sont dépassées. Oui, du plus profond de notre coeur, nous prenons part à l'allégresse des Catholiques néerlandais. Les récents évènements sont une nouvelle preuve que, seules, la patience et la résignation triomphent des ennemis de l'Eglise, et que les maux temporels, supportés chrétiennement, attirent toujours après eux la bénédiction divine. Puisse un sentiment durable de reconnaissance confirmer dans tous les coeurs cette bénédiction que le ciel a répandue sur la Hollande !"

On comprend que la petite colonie de Rome se posa bien vite cette question : Serons-nous obligés de nous rendre en nos séminaires respectifs, ou bien nous sera-t-il permis d'achever nos études ici ? Nos séminaristes ignoraient encore ce que désirait l'autorité ecclésiastique. Ils étaient également dans le doute touchant le sens du décret royal, aux termes duquel ils devaient se présenter avant le 1er février 1830. "Notre unique désir, écrivait Bernard, est de pouvoir étudier encore quelque temps à Rome ... Ce n'est pas le désir seulement de quelques-uns, mais de tous. Quelque satisfaits que nous soyons de l'heureuse marche des affaires catholiques, tous nous aimerions de rester ici ... Nous sommes si bien établis au Collège et les études y sont si excellentes, que personne d'entre nous ne souhaite un changement. Mais, encore une fois, les intérêts personnels mis de côté, chacun se réjouit et remercie le Ciel du rétablissment de l'ordre et de la paix. Béni soit, et trois fois béni celui qui est l'auteur d'une pacification si honorable ! " - Il ajoutait que si, cependant, l'objet de son désir était en opposition avec la volonté de son père et de sa mère, ou avec celle de l'autorité ecclésiastique, ou bien encore, que s'ils devaient lui, et ses amis, se mettre pour plus tard dans l'impossibilité d'exercer le saint ministère en Hollande, ils étaient tout prêts à retourner dans leur patrie.

Il y a lieu de croire que l'archiprêtre, de la juridiction duquel relevaient Bernard et plusieurs de ses condisciples, leur laissa la liberté d'achever leurs études soit en Hollande, soit à Rome. Toujours est-il que Bernard écrivait vers la fin de 1829 : "Ce qui nous réjouit extrêmement, c'est la paix profonde dont nous jouissons jusqu'à présent, non seulement nous, mais encore tous les amis hollandais. Pas un seul n'a reçu la moindre apparence d'invitation à retourner au pays. Chose étrange ! lorsque les séminaires étaient fermés, chacun était mécontent et triste; et maintenant qu'ils sont ouverts, rien ne nous serait plus désagréable que de quitter Rome pour aller étudier dans les séminaires."

Cependant cette paix, dont jouissaient les deux amis, Hafkenscheid et Beelen, faillit être de courte durée. Moins d'une année après la réouverture des séminaires, en juin 1830, ils reçurent, conçue dans les termes les plus flatteurs, une lettre qui les invitait à reprendre le chemin de la patrie. Déjà la renommée de leurs talents et de leurs vertus les avait précédés; les rapports les plus favorables avaient été faits sur leur compte. Aussi l'archiprêtre qui gouvernait alors la Hollande et la Zélande, M. Jean Van Banning, songeant à rétablir le séminaire de Hageveld, jeta-t-il les yeux sur eux pour la réalisation de son projet. Les termes dans lesquels il leur écrivit montrent quelles grandes espérances il fondait sur l'un et l'autre. La chaire de philosophie d'Hageveld était offerte à Bernard; Beelen était destiné au séminaire de Warmond.

Les deux amis ne furent pas peu flattés de l'offre si honorable qui leur était faite. Dans leur réponse à l'archiprêtre, ils déclarèrent combien ils appréciaient l'affection et la confiance qu'on leur témoignait : "Une telle proposition, disaient-ils entre autres choses, est le gage d'un amour et une confiance qui surpassent tout ce que nous aurions pu ou osé attendre." - Se faisant illusion sur leur mérite, ils ne pouvaient comprendre comment cette offre avait pu leur être adressée. "L'offre m'est fort honorable, écrivait Bernard à ses parents, mais ce n'est que pour autant que je la considère en elle-même; car si je considère qu'elle m'est faite à moi, je ne sais où j'en suis." - Les deux amis réfléchirent longtemps sur la détermination qu'ils devaient prendre. Ils consultèrent plusieurs personnages distingués par leur prudence; maintes fois les intérêts de leur avenir furent l'objet de leurs prières comme le sujet de leurs entretiens. Enfin, considérant leur jeunesse, le peu de temps qu'ils avaient étudié à Rome, et leur vif désir de continuer jusqu'au bout un travail qui produisait de si beaux résultats, ils résolurent de décliner, pour le moment, l'honneur que leur faisait l'archiprêtre. "Après mûre délibération, lui écrivirent-ils, toute considération humaine mise de côté, et déférant à l'avis des personnages les plus éclairés, nous avons pris ce parti et nous croyons devoir en conscience nous y tenir."

C'est ainsi que les deux amis purent, à leur grande satisfaction, continuer paisiblement leurs études dans la capitale du monde chrétien. Leur seconde année scolaire touchait à sa fin. Ce fut une des plus importantes années de la vie de Bernard; car elle lui fit faire le pas décisif dans sa marche vers le sanctuaire. Après avoir reçu les ordres mineurs le samedi des Quatre-Temps de décembre 1829, il fut, avec son ami Beelen, ordonné sous-diacre par le cardinal-vicaire Zurba, le Samedi-Saint 10 avril 1830. Le langage, dans lequel il répondit aux félicitations de sa famille, nous fait voir les sentiments de joie, de reconnaissance, de confiance en la divine Providence dont son coeur était rempli en cette circonstance importante de sa vie. "Que le Ciel bénisse vos souhaits, dit-il à ses parents, et m'accorde les grâces dont j'aurai besoin dans ma carrière ecclésiastique. Quel bonheur de voir mes voeux accomplis, d'être entré dans la voie vers laquelle m'ont toujours dirigé mon esprit et mon coeur ! Jamais je n'aurais pu croire que la fixation de ma vocation dût me procurer tant de joie intérieure. Vraiment c'en est trop ! Que ne puis-je remercier dignement le Ciel de m'avoir accordé un si grand bienfait ? Mais j'ai la confiance bien fondée qu'en cela vous me viendrez en aide."

La fin de la première année d'étude de notre digne lévite à Rome avait été, nous l'avons vu, marquée par un triomphe éclatant; celle de la seconde année fut marquée par une distinction nouvelle et plus splendide encore. Laissons-le parler lui-même : "Mes chers parents, mes chers frères et soeurs, amis et connaissances, réjouissez-vous avec moi ! Le Ciel, cette année encore, a couronné mes labeurs ! Que si, l'année dernière, il m'a été permis de vous annoncer l'heureuse nouvelle que j'avais obtenu une médaille, je viens vous faire savoir que, cette année, j'en ai gagné trois. Encore une fois, le Ciel a béni mes travaux. Le cardinal Odescalchi m'a remis une première médaille pour la dogmatique, une autre pour la théologie morale, et enfin une troisième pour la langue hébraïque. Vous ne sauriez vous figurer mon bonheur de pouvoir communiquer une nouvelle si agréable à mon père et à ma mère. Réjouissez-vous; encore une fois, réjouissez-vous tous ! ... Aurais-je pu, chers parents, vous offrir un plus beau présent ? Quel plaisir pour moi de pouvoir, à la fin de ma seconde année scolaire, vous offrir cette petite compensation pour toutes les peines et pour toutes les dépenses que vous avez supportées, et que vous ne cessez de supporter pour moi !

Grâces soient rendues au Seigneur, qui nous procuré, à vous et à moi, une telle joie ! Je vous annonce en outre que, peu de jours auparavant, après avoir passé mon examen, j'ai été élevé au grade de bachelier. Ce premier degré était le but auquel je visais pendant l'année qui vient de s'écouler; je l'ai atteint; aussi je passe d'agréables vacances."

Nous ne reviendrons pas sur les fêtes que la petite colonie hollandaise organisa pour célébrer le nouveau triomphe de son lauréat, de celui qui était son honneur et sa gloire. Mais nous prendrons occasion de la joie qu'il procura par là encore à ses parents, pour parler de l'affection qu'il leur portait. Cette affection, il l'avait manifestée dès l'âge le plus tendre. Il s'en fallut bien qu'elle s'affaiblit pendant sa longue absence; et plus tard, après même qu'il se fut voué tout à Dieu dans la vie religieuse, elle se maintint toujours aussi vive. Que d'heures ne consacra-t-il pas à écrire à son père et à sa mère des pages où, pour leur faire plaisir, il descendait jusqu'aux plus menus détails ! car il le savait : c'était une fête pour eux de convoquer leurs amis et leurs voisins, pour leur lire les lettres qu'ils recevaient de Rome. Souvent il s'entretenait avec ses amis de ses chers parents; il se transportait en esprit auprès d'eux. Il partageait toutes leurs joies et toutes leurs douleurs. Chaque jour de fête que célébraient ses parents, il s'y associait; souvent même il convoquait quelques-uns de ses compagnons à la joyeuse solennité. C'était surtout alors que ses lettres rendaient un témoignage éloquent de sa vive allégresse, de sa reconnaissance sincère et de son respect filial.

"Je fais ce que je puis, écrivait-il un jour, pour rendre à mon père, soit en prières soit en médailles, tout ce que je lui dois. Les prières sont les capitaux, et les médailles les intérêts." - Au cinquante et unième anniversaire de la naissance de sa mère, il lui écrivit les lignes suivantes : "Oh ! que ne m'est-il donné, en ce jour où tous vos enfants s'empressent à l'envi auprès de vous pour vous féliciter, de prendre place au milieu d'eux, et de joindre ma voix à la leur pour vous donner avec eux les marques les plus sincères de mon amour et de ma vénération !

Combien je voudrais contribuer pour ma part personnelle à faire de ce jour l'un des plus beaux jours de l'année, un jour de fête solennelle ! Vos enfants vous prouveront non seulement par des paroles, mais encore par des faits, combien la fête de votre naissance leur est chère. Votre joie sera leur joie, leur contentement sera le vôtre. Tous ceux qui vous aiment s'efforceront de vous faire plaisir en cette occasion; ce sera une fête de famille. Tout cela, ils le feront sans moi. Ils ne manqueront pas de se souvenir de vous dans leurs prières; et voilà, chère mère, le seul présent qu'en union avec eux, je puisse aujourd'hui vous offrir. J'ai la pleine confiance qu'une prière faite par des enfants pour leurs parents, est exaucée. C'est pourquoi nos prières unies vont faire jaillir pour vous une nouvelle source de bénédictions. Votre bonheur ne fait qu'un avec celui de notre père, avec celui de nous tous. Donc, si nous recommandons au ciel vos intérêts, nous en ferons descendre des bénédictions et sur vous, et sur notre père, et sur nous tous.

Chère mère, demeurez encore longtemps parmi nous; plus vous avancez en âge, plus votre présence nous devient douce. Vous voir à côté de notre père, au milieu de nous, voilà ce qui fait notre plus grande joie sur la terre. Soyez encore pendant une longue suite d'années témoin de la prospérité et de la sanctification de vos enfants et de vos petits-enfants, au bonheur desquels vous avez tant contribué par vos travaux et vos soins infatigables. Jamais nous n'oublierons les preuves d'amour dont vous avez marqué chacun des pas de notre jeune âge. Que si un jour je dois entrer comme prêtre dans le sanctuaire de l'Eglise de Dieu, alors, encore plus efficacement qu'aujourd'hui, je prouverai par mes prières que je sais apprécier les bienfaits dont vous m'avez comblé dès mon enfance. Je me souviendrai de vous spécialement au saint autel. Tout en vous obtenant le bonheur temporel et éternel que nous devons, à tant de titres, nous efforcer de vous procurer, j'attirerai encore sur moi ces faveurs que Dieu a promises à tous ceux qui honorent et aiment leurs parents."

On nous permettra de donner encore un fragment d'une lettre écrite par Bernard, lors d'un anniversaire de la naissance de son père. Les mêmes sentiments s'y révèlent avec la même naïveté de langage : "Je souhaiterais, pour aujourd'hui seulement, d'être non pas à Rome, mais auprès de vous. Avec quel plaisir ne jetez-vous pas les yeux sur cette couronne d'enfants et de petits-enfants, qui viennent féliciter leur père et leur grand-père ! Aujourd'hui tous quittent leur propre demeure pour aller célébrer votre fête dans la maison paternelle. Chacun retrouve là sa place et se remet en mémoire toutes les années heureuses qu'il y a passées dans vos bras. Chacun contribue à vous faire honneur. Il n'y a personne qui ne soit dans l'allégresse et qui ne fasse entendre de joyeux accents. Et mes souhaits donc seront-ils aussi entendus, au milieu de cette joie domestique ? ... Votre fête est pour moi un jour de doux souvenirs, un jour de grande reconnaissance, un jour où je fais des voeux sincères pour votre bonheur. Oh ! tandis que tous les enfants qui sont auprès de vous s'empressent de faire du 21 août un jour de grande fête, que ne m'est-il pas donné ici, en cette ville de Rome, de monter à l'autel du Seigneur et de lui offrir pour vous le sacrifice immaculé de son Fils ! Je puis du moins prier pour vous, et à mesure que j'approche davantage du saint autel, ma prière, je l'espère, deviendra toujours plus efficace. Un des voeux que je forme pour votre bonheur, je veux le formuler ici : "Que Dieu vous accorde l'accomplissement du désir que vous éprouvez, de revoir un jour votre fils au milieu de vos enfants et de vos petits-enfants ! Tous alors, nous ferons la couronne et la consolation de votre âge mûr et d'une vieillesse prolongée au delà des limites ordinaires de la vie."

Ce coeur si affectueux, si rempli d'amour pour les auteurs de ses jours, ne pouvait se contenter de paroles et de promesses. Il y joignait des prières multipliées et ferventes, surtout le jeudi. A son départ pour Rome, en effet, on s'était promis en famille que le jeudi serait le jour où l'on prierait d'une manière spéciale les uns pour les autres. Peut-être faut-il attribuer en grande partie à ces prières une faveur dont jouirent les parents de Bernard : la faveur d'être témoins, pendant si longtemps, des travaux apostoliques de leur fils bien-aimé, et d'admirer les fruits de salut qu'ils produisaient dans les âmes.

La fin de la troisième année d'études de Bernard à Rome ne se signala point par des triomphes semblables à ceux des années précédentes : il ne fut plus question de médailles. La raison en est que ni lui, ni son ami Beelen, ne jugèrent à propos de prendre part aux concours. Préférant l'utile au brillant, ils n'avaient plus en vue que d'achever promptement leurs études. Bernard n'en obtint pas moins ce qui était l'objet de ses désirs, le grade de licencié en théologie.

Le Samedi-Saint de cette année 1831, il reçut le diaconat. Les sentiments qui animaient le coeur du pieux lévite à l'approche de sa prêtrise, on en jugera par la lettre qu'il écrivit à son ami Broere, devenu, depuis 1830, professeur au séminaire de Hageveld : "Encore un pas, très cher ami, lui disait-il, et je suis prêtre ! tout mon être est comme concentré dans cette pensée, et j'espère me préparer sérieusement à cette démarche importante entre toutes. Dès ce moment, je me recommande à vos prières, surtout dans le saint sacrifice de la messe. Si je considère ce que j'ai été et ce que je suis à cette heure, je vous l'avoue franchement, je tremble à la pensée que je vais être revêtu d'une si haute diginité. Mais il faut accomplir la volonté de Dieu qui m'appelle. Je tâche, autant que possible, de purifier mon âme et d'attirer en moi le vrai esprit sacerdotal. Neuf jours avant le Carême, j'ai fait à cette fin, chez les Jésuites, les exercices spirituels. Que Dieu daigne couronner mes efforts. Je me confie dans les prières de ma famille, de mes amis et connaissances; au reste j'abandonne au ciel tous mes intérêts, me remettant entre les mains de la Mère de Dieu. Voilà deux ans et demi que je suis éloigné de la Hollande; et grâce à Dieu, je suis parvenu à une indifférence complète touchant le lieu que j'habiterai et le genre de travaux auxquels je devrai un jour me livrer. Ma famille attend mon retour à la fin de ma quatrième année d'études; eh bien ! si cela doit se faire, je dis fiat. Les choses doivent-elles tourner autrement ? je n'en serai pas moins content. J'apprends toujours avec plaisir que l'un ou l'autre de mes amis est entré dans les fonctions du saint ministère; j'espère les suivre un jour. Bien que je brûle du désir d'être utile aux autres, je ne saurais néanmoins laisser échapper l'occasion qui m'est donnée de faire toute espèce de provisions pour la formation de mon esprit et de mon coeur.”

En réalité, son application assidue à l'étude et l'excellent enseignement du Collège-Romain avaient développé son intelligence dans un degré extraordinaire. D'un autre côté, la direction spirituelle des Pères Jésuites, toujours sage et éclairée, avait formé en lui un coeur vraiment sacerdotal. Les témoignages nombreux de ses amis d'études concordent tous, pour nous apprendre combien la vertu et la piété de Bernard étaient unanimement reconnues et appréciées.

L'un d'eux a écrit à ce sujet : "Il fut pour moi et pour tous ceux qui le connurent, un modèle de piété et de régularité. " Un autre : "Vers la fin des promenades, il avait coutume de conduire ses amis à l'église où avait lieu l'exercice de l'Adoration perpétuelle, afin de recevoir la bénédiction du Très Saint Sacrement qui s'y donnait vers le soir. En temps de carême, il ne prenait d'autre nourriture le soir qu'un morceau de pain sec avec un peu de sel." - "A Rome, nous dit un troisième, il fut un modèle en tout. Souvent lorsque, après le repas, il sortait du restaurant avec ses amis, il donnait une aumône aux pauvres, en disant d'un ton jovial : "Je ne puis guère me dispenser de faire cette petite charité; sans quoi mon père dirait : "Mon cher, tu as dépensé bien peu de chose !"

La charité, une charité généreuse, était une des vertus qui brillaient le plus dans notre jeune lévite. Il s'y était formé en quelque sorte sur les genoux de ses parents, que Dieu avait gratifiés d'une fortune considérable. Or, l'occasion d'exercer cette belle vertu était loin de faire défaut à Rome. Si la discrétion ne nous imposait silence sur plusieurs détails mentionnés dans les lettres de Bernard, nous pourrions citer plus d'un de ses amis comme témoins et même comme objets de ses libéralités. Qu'il nous suffise de citer les deux extraits suivants : "L'état d'indigence, écrivait-il en 1829, où se trouvent réduits quelques-uns de nos étudiants hollandais et aussi certains frères du Brabant, qui sont ici en grand nombre, ne me permet vraiment pas de les abandonner à leur sort. Ne travaillent-ils pas pour le même but que moi ? Je me vois donc dans l'obligation, depuis longtemps déjà, de mettre la main à la poche. Je sens que c'est mon devoir; aussi je n'y manque pas." - Un autre jour, il écrivait : "J'ai eu, ces jours derniers, l'occasion d'exercer la charité ... Voyant que mes compagnons, moins favorisés de la fortune que moi, donnaient une grosse aumône, il fallut que moi aussi, je fisse preuve de générosité ... Je donne volontiers, vous le savez, et je ne crois pas pouvoir mieux dépenser mon argent. Qui sait si ce n'est point à ces aumônes que je dois attribuer toutes les faveurs que Dieu me fait à Rome ? "

Les cérémonies religieuses si nombreuses auxquelles Bernard assistait dans la Ville éternelle, et d'un autre côté les tristes évènements dont les Etats pontificaux furent le théâtre à cette époque, produisirent sur son âme sensible une impression ineffaçable. Ils y enflammèrent cet ardent amour pour la foi catholique qui se révéla plus tard, lorsqu'il défendit nos croyances du haut de la chaire chrétienne avec tant de vigueur et de succès. Ils déposèrent en lui le germe d'une inébranlable confiance dans le triomphe de l'Eglise, confiance que plus tard il sut communiquer à un si grand nombre d'âmes ! Ils le remplirent de cette sainte indignation contre les ennemis du Pape et de la religion, qu'il exhala dans la suite en un langage si énergique. Ses lettres sont déjà pleines de ces sentiments.

"J'ai vu le Saint-Père, s'écriait-il après avoir assisté une nuit de Noël à la messe du Souverain Pontife; ce fut pour moi un spectacle des plus émouvants. Jamais l'impression que cette cérémonie fit sur moi, ne s'effacera de mon âme; Quoi ! contempler le Chef visible de la sainte Eglise offrant le sacrifice non sanglant de l'autel ! Oh ! il faudrait que la foi fut entièrement éteinte en un coeur, pour assister à une action aussi sublime sans se sentir pénétré de saintes pensées ! Tout le long du jour j'étais en extase. Ce que j'avais vu, je le racontais à qui voulait l'entendre. En ce moment même, ce spectacle se présente de nouveau à mon esprit. Je me sens poussé à vous faire participer à la joie que cette solennité m'a causée; mais, hélas ! je ne me sens pas capable de vous la décrire comme il convient." - D'autres lettres ont pour thème, tantôt les rites qui s'observent à la mort et aux obsèques du Souverain Pontife; tantôt l'élection et le couronnement d'un nouveau Pape (pendant son séjour à Rome, il connut trois papes successifs); tantôt les cérémonies de la Semaine-Sainte et des grandes fêtes de l'Eglise. Toutes ces lettres abondent en détails intéressants et en effusions de coeur des plus touchantes. Ce n'est qu'à regret que nous nous bornons à quelques citations, pour ne point dépasser les limites de cette biographie.

Voici en quels termes il communiqua à ses parents l'impression que lui avait causée la procesion de la Fête-Dieu : "Le Chef visible de l'Eglise se trouvait agenouillé, en adoration silencieuse, devant son Chef invisible ! qui ne se serait jeté à genoux pour adorer avec lui ? Qui ne se serait senti fortifié dans sa foi au Très Saint Sacrement ? La splendeur ineffable qui entourait cet auguste mystère vous saisissait jusqu'au fond de l'âme; elle suffirait à elle seule pour arracher à l'impiété même cet aveu secret : Oui, Dieu est vraiment ici présent."

On sait les bouleversements politiques dont l'Europe fut le théâtre en 1830 et en 1831. Pie VIII mourut le 30 novembre 1830 et Grégoire XVI lui succéda le 2 février 1831. La révolution menaçait de si près la ville de Rome, qu'au jour même du couronnement du nouveau Pontife, 6 février, la sinistre nouvelle se répandit qu'une insurrection venait d'éclater dans les provinces. Bernard écrivit en cette circonstance la lettre suivante :

"Le cardinal Maur Capellari est élu pape et a pris le nom de Grégoire XVI. Voilà une élection qui excitera partout l'admiration la plus vive. Promu au Cardinalat, nommé en même temps Préfet de la Propagande par Léon XII, le voilà maintenant placé sur la chaire de Saint Pierre, pour gouverner la barque de l'Eglise dans ces temps pleins de tempêtes. Le doigt de Dieu se montre dans l'élection de ce religieux Camaldule. Qui jamais aurait deviné dans le cardinal Capellari le successeur de Pie VIII ? Le Seigneur a daigné pourvoir son Eglise d'un Chef suprême; ainsi a-t-il montré une fois de plus son inviolable fidélité à sa promesse. Le monde entier est en révolution; tous les trônes chancellent; seul le siège de Pierre reste éternellement debout ! Le fléau de la guerre châtie les pays et les peuples; des maux, des calamités dont on ignore encore la fin, font pleurer les fidèles, qui soupirent impatiemment après la délivrance. Que le déluge de l'irréligion et de l'immoralité inonde le monde, l'arche de l'Eglise de Dieu s'élèvera au-dessus des eaux et, dirigée par un successeur de Pierre, elle offrira un asile assuré à tous ceux qui resteront attachés au devoir et à la vertu.

Que si l'Eglise a son Chef, les Etats Romains ont leur Prince. Qui n'admirera le bon esprit du peuple romain ? Tandis que tout s'agitait autour de lui, il attendait patiemment et tranquillement le moment où il plairait à la divine Providence de donner un successeur au bien-aimé Pie VIII ? Rome, contre qui le libéralisme lance sans cesse ses traits; Rome, dont le libéralisme a juré la chute et la ruine; Rome, par la chute de laquelle le libéralisme espère rendre son triomphe complet; Rome seule connaît le prix, le haut prix du repos et de la paix. L'autorité du gouvernement peut être amoindrie par suite de la mort du Pape, son influence sur le peuple peut être entravée; l'esprit religieux du peuple est une garantie de repos intérieur pour le pays. Jamais l'esprit révolutionnaire ne se fixera à Rome, à moins qu'il ne soit forcément imposé au peuple romain par la violence et par une force majeure venues de l'étranger. L'attachement des Romains au gouvernement pontifical s'est de nouveau manifesté pendant le conclave. Un interrègne de neuf semaines n'aurait-il pas été mis à profit par un peuple qui soupirerait après un changement et qui serait mécontent du régime actuel ?

Je vois bien que des feuilles étrangères ont osé répandre des mensonges au sujet d'un prétendu revirement d'idées chez le peuple romain. Ces mensonges sont l'effet de la jalousie et de la haine. Ceux qui défendent leur cause avec des armes pareilles, montrent clairement ce qu'ils désirent, mais non ce qu'ils peuvent. Ce n'est point par des paroles, mais par des faits que Rome se venge de cette calomnie. Heureux ceux qui apprennent à connaître le peuple de près; qui, libres de tout préjugé, savent discerner le bien du mal, et qui, la balance en main, savent mesurer la portée de l'un et de l'autre ! Les Romains se distinguent par beaucoup de bonnes qualités. Aussi les touristes, narrateurs de voyages, et les visiteurs étrangers doivent-ils être taxés d'une grande injustice, en ce que non seulement ils refusent de reconnaître les vertus du peuple romain, mais encore en ce qu'ils peignent ses défauts sous des couleurs si odieuses, que Rome semble être à leurs yeux je ne sais quelle ville abominable et malheureuse."

La solennité de la prise de possession de l'église Saint-Pierre par le nouveau Pape, eut lieu le 3 février 1831. Bernard s'exprime ainsi à ce sujet : "A peine le Pape fut-il arrivé au grand portail de l'église, que les chantres, qui le précédaient, entonnèrent l'antienne : "Ecce sacerdos magnus : Voilà le Souverain Pontife ! Regardez-le, ce Pontife ! Qu'il est beau de le voir assis sur la sedia gestatoria ! Comme il est ému ! Voyez le successeur de Pierre, le vicaire de Jésus-christ, étendant les mains pour bénir le peuple chrétien qui s'agenouille respecteusement devant lui ! Non, personne, de quelque contrée du monde qu'il vienne, à quelque religion qu'il appartienne, ne saurait échapper à l'impression d'un spectacle aussi sublime ! Voilà déjà deux fois que je reçois la bénédiction d'un nouveau Pape ! Oh ! heureuses circonstances que celles qui m'ont amené à Rome ! N'est-ce pas pour moi un suprème bonheur de contempler de mes yeux le Saint-Père, Grégoire XVI, de l'acclamer de bouche et de coeur, et de compter que je pourrai lui baiser les pieds, s'il plaît à Dieu, à mon départ de Rome ? ... Qu'un cardinal d'origine bourgeoise, qu'un moine bénédictin, un Vénitien, après avoir porté seulement pendant quatre ans le chapeau de cardinal, soit élu Pape, dans des circonstances comme celles où nous nous trouvons, cela n'est-il pas de nature à faire naître chez plusieurs de sérieuses réflexions ? Réjouissons-nous donc, nous catholiques, et remercions Dieu qui a visité son Eglise !

Quelques jours plus tard, il rendait compte de ses impressions au sujet de l'émeute qui avait éclaté à Rome, le 12 février, et de ses premiers effets. "Ce qui est certain, ajouta-t-il, c'est que les circonstances actuelles exigent la prière unanime et fervente de tous les Catholiques. L'avenir est sombre : voilà ce que je vois; mais qu'il se prépare un nouveau triomphe pour l'Eglise, voilà ce que je crois. "Le désir des méchants périra." Dieu vengera l'injure que les impies font à son Eglise et à son Pontife. Et lorsque tous les secours humains feront défaut, il fera voir au monde impie, par de nouveaux miracles, que l'Eglise est l'ouvrage de ses mains et qu'elle ne saurait être renversée par aucune puissance infernale. De la patience et des prières : voilà nos armes, voilà notre devise ! De la patience et des prières ! ... Le Pape reçoit du secours de tous. Les jeuns gens s'arment, les riches et les nobles ouvrent leurs bourses, les femmes et les enfants prient; donc, tout tournera au mieux. Mais de la patience et des prières ! Encore une fois, patience et prières !"

La confiance de Bernard en ces deux armes était inébranlable comme un roc. Après avoir décrit en détail tous les pieux exercices auxquels on se livrait pour la délivrance de Rome. "N'est-ce pas cette fervente prière des chrétiens de Rome, continue-t-il, qui a sauvegardé le repos et la paix de cette ville ? Pour moi, j'en suis pleinement convaincu. La violence faite au Ciel par la prière, l'aumône, les communions, la vénération des saints lieux, voilà l'unique auxiliaire qui a renversé les plans que des hommes ingrats et pervers avaient dressés contre l'Eglise et l'Etat. Un soir que je me rendais pour prier à l'église Saint-Jean (où les reliques des saints apôtres Pierre et Paul étaient exposées à la vénération publique), je rencontrai par hasard le R.P. de La Marche, dominicain. Dès qu'il m'aperçut, il me montra tout étonné cette foule immense, qui semblait vouloir prendre l'église d'assaut. "Eh bien, mon Père, lui dis-je, sont-ce là les hommes qui devaient, en ce jour de samedi, faire une révolution ? " - "Cher enfant, me répondit-il avec sa bonhomie habituelle, il faut que la Mère de Dieu et les saints apôtres Pierre et Paul soient bien sourds, s'ils n'entendent point la prière de tant de milliers de chrétiens. Croyez-moi hardiment, j'ai passé à Rome des années et des années, et je suis en contact avec des gens de tous rangs et de toutes conditions; eh bien ! les bonnes oeuvres faites par la masse du peuple surpassent toute imagination. Quiconque a jamais douté ou doute encore s'il y a de la foi à Rome, peut maintenant se convaincre de la vérité. "Vraiment, quoique j'eusse déjà les Romains en grande affection, cette affection s'est accrue de beaucoup en cette occasion. Ce peuple a son côté faible, il est répréhensible sur bien des points; mais celui qui l'accuse d'irréligion, parle contre la vérité, ou montre qu'il ne le connaît pas. La grande foi des Romains prend sa source dans une connaissance profonde de la religion; elle s'entretient par les différents exercices religieux de toute l'année, et elle m'a bien souvent touché et confondu. Où trouve-t-on, comme à Rome, la dévotion envers le Saint-Sacrement ? Où la Mère de Dieu est-elle honorée avec plus d'ardeur ? Où se souvient-on davantage des âmes des fidèles défunts ? "

Si Bernard ressentit une profonde douleur à la vue des complots dirigés contre l'Eglise et son chef, il fut saisi d'indignation, en voyant, parmi les perturbateurs, des hommes d'un rang élevé, comme les "cousins de Napoléon". Ces derniers, dit-il, sont regardés à Rome comme des vilains. "L'un d'eux n'a-t-il pas eu l'audace d'écrire directement au Saint-Père sur un ton injurieux et menaçant ? Il osait dire "que les forces qui s'avançaient vers Rome étaient invincibles; que, par conséquent, il conseillait à Sa Sainteté de renoncer à son pouvoir temporel, La priant en même temps de lui faire réponse ?" L'indignation de notre séminariste ne fut pas moindre lorsqu'il apprit la conduite hypocrite du roi des Français; en dépit de la protestation du Saint-Père, ce prince venait de faire occuper Ancône, et tout en feignant de se charger lui-même de la défense, il n'avait d'autre but que de chasser de l'Italie les troupes autrichiennes accourues pour protéger le Saint-Siège.

Bernard sentait son coeur consolé à la vue des ferventes prières que le peuple chrétien faisait monter vers le Ciel; car des foules immenses assistaient régulièrement aux exercices religieux, prescrits par Grégoire XVI pour écarter les maux de la guerre et du choléra. Il s'unissait de toute son âme à ces supplications. "Celui qui cherche, écrivait-il, des remèdes contre le choléra dans les pharmacies de Saint-Pétersbourg et de Vienne, et dans les conférences des médecins des différents pays, ne fait point mal sans doute; mais, à mon avis, celui-là prend des mesures plus efficaces qui s'en tient au conseil et à l'exemple du médecin Grégoire XVI, de Rome, et qui prend les remèdes de la pharmacie céleste, suivant la recette, affichée à toutes les églises de Rome, je veux dire: l'"Invito sacro per l'Indulgenza in forma di Guibileo." Eh bien, le peuple romain, disons-le à son honneur et à sa louange, est entré dans cette voie. Les églises sont trop peu nombreuses et trop peu spacieuses pour contenir la foule qui s'y presse tous les soirs. Les prédicateurs ne répondent pas moins au zèle religieux du peuple que le peuple au zèle apostolique des prédicateurs. En voulez-vous un exemple ? Avant-hier soir, le peuple assemblé dans une église fut tellement ébranlé par le langage énergique et persuasif de l'orateur, que tous tombant subitement à genoux, à l'exemple du prédicateur, demandèrent unanimement et à haute voix pardon à Dieu de leurs péchés. Vraiment je fus touché jusqu'au fond de l'âme tant de la grande foi de ce peuple, que du talent admirable de mon digne professeur. C'est un homme aux cheveux gris, mais il est jeune par le zèle. La réputation de sainteté qui l'accompagne, donne à ses paroles une force irrésistible."

Comment ne pas admirer ici la conduite de la divine Providence, qui plaça Bernard dans de circonstances si propres à développer en lui le talent oratoire, ce talent qui se signala plus tard sur les plus vastes théâtres, et qui produisit tant de fruits de salut ? Il a raconté lui-même quelle impression faisaient sur son âme les prédications qu'il entendait à Rome. "On n'entend point ici, dit-il, des ruisseaux qui murmurent; on ne cueille point de fleurs; mais on habille les vérités évangéliques de leurs vrais vêtements, et on les débite devant le peuple avec une éloquence magistrale; j'oserais presque dire, on les impose. Heureuse Néerlande, trois fois heureuse, si des prédicateurs de cette trempe annoncent un jour l'Evangile à tes enfants !" - Evidemment le jeune lévite ne songeait guère, en écrivant ces lignes, que lui-même était l'homme choisi pour occuper un jour une place glorieuse parmi "les orateurs de cette trempe", et pour procurer à la Hollande, sa patrie, le bonheur qu'il lui souhaitait avec tant d'ardeur !

Bernard profita de son séjour à Rome, principalement à l'époque des vacances, pour visiter les nombreux sanctuaires disséminés sur le sol de l'Italie; ces visites ne contribuèrent pas peu à alimenter et à accroître en lui l'esprit de piété. Montefalco, sanctifié par sainte Claire; Assise, lieu où naquit et demeura saint François, où saint Joseph de Cupertino passa une grande partie de sa vie dans des entretiens tout intimes avec Dieu; Tolentino avec ses sanctuaires et ses reliques de saint Nicolas; Lorette surtout avec sa santa casa, et plusieurs autres lieux chers à la piété des fidèles furent tour à tour témoins de ses ferventes prières et les objets de sa profonde vénération. Aussi inspirèrent-ils souvent sa plume, laquelle se plaisait à reproduire en expressions touchantes les sentiments que son coeur y avait éprouvés. Contentons-nous de reproduire le passage d'une de ses lettres où il raconte son pèlerinage à Lorette.

"Arrivés là, dit-il, (il voyagait en compagnie de deux condisciples, Beelen et Eulenbach [2]), nous récitâmes le Te Deum en action de grâces de la protection divine dont nous avions été favorisés pendant notre voyage ... Mais hélas ! au moment où je veux vous parler de Lorette et de son sanctuaire, ma plume se refuse à rendre mes pensées et mes émotions. En cette maison le Verbe s'est fait chair : voilà l'inscription que porte cette sainte maison; voilà la pensée qui remplit le fidèle au moment où il va y pénétrer. Ici le Verbe s'est fait chair, voilà tout l'éloge de cette demeure. Ces paroles, chaque chrétien les lit sur le superbe autel qu'on y a érigé; mais on ne saurait les méditer, ni les répéter sans éprouver le sentiment le plus vif de sa propre abjection. Qui d'entre nous, s'il a la foi, ne croit voir et entendre ici l'Ange qui révéla à Marie sa sublime destinée : son élévation à la maternité divine ? Qui n'entend Marie répondre à Gabriel qu'elle est la servante du Seigneur ? Oh ! combien de fois pendant les six jours que j'ai passés à Lorette, je me suis cru admis dans l'intérieur de la Sainte Famille après qu'elle fut revenue d'Egypte à Nazareth ! Il me semblait voir Marie, assise devant cette cheminée noircie par la fumée, qui maintenant se trouve derrière l'autel; je croyais l'entendre parler avec son Fils et son Dieu, tandis que saint Joseph, debout devant son établi, exerçait l'honnète métier qui devait pourvoir à la subsistance de Dieu, de sa sainte épouse et à la sienne propre. Heureuse ville, m'écriais-je souvent, qui possède un tel trésor ! Heureux le peuple à qui Dieu a fait la faveur de pouvoir honorer et adorer le Verbe fait chair dans sa propre maison !

"Lorette est bien digne d'avoir le dépôt d'un si précieux trésor. Le respect que le peuple, le peuple de la campagne surtout, porte à la sainte maison, peut sembler excessif à certaines personnes. Quant à moi, je voudrais bien, je l'avoue, avoir une vivacité de foi semblable à celle qui distingue ce bon peuple; aussi est-elle récompensée par des miracles continuels. Non, ce n'est point une exagération : les murailles de la sainte miason sont, à l'intérieur, devenues lisses à force d'être baisées, et les pierres du sol qui l'entourent sont devenues creuses sous les genoux des pèlerins. Toute la ville de Lorette se plaît à nous raconter les démonstrations de joie auxquelles se livrent chaque année les Napolitains, lorsqu'ils viennent visiter ces lieux bénis, comme aussi leurs accents de tristesse au moment où ils font leurs adieux à la divine Mère, pour s'en retourner chez eux. Plus nous nous approchions de Lorette, plus nous redoublions de ferveur pour nous recommander à la saint Vierge. Un' Ave Maria alla Madonna ! tel est le salut qu'on se donne en chemin. Eh ! voyez un peu comment ces hommes et ces femmes reviennent de Lorette, la tête couronnée de fleurs, et chargés de toutes sortes d'objets ! ce sont des présents de la Madonna. Il est d'usage qu'à leur retour les parents causent une surprise à leurs petits enfants par des souvenirs de Lorette. Oh ! quels beaux usages en l'honneur de la Mère deDieu j'ai vus à Lorette ! Le soir, après vêpres, le peuple se réunit dans la sainte maison ou dans son contour, afin de prier en commun pour l'Eglise, pour le Pape, pour les besoins temporels des citoyens, etc. Pendant ces prières, l'autel et l'image miraculeuse de la sainte Vierge sont époussetés et ensuite voilés; puis les Pères Capucins, après avoir donné un signal au peuple, recueillent la poussière du sol, et ferment les portes du Sanctuaire."
[Typed by Mr Aime Dupont of Flanders]

Footnotes
1. Depuis le 2 septembre 1826, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du gouvernement néerlandais près du Saint-Siège, remplacé ensuite par M. Germain.

2. M. Joseph-Bernard Eulenbach, né à Amsterdam en 1804, acheva ses études théologiques à Rome, y obtint le grade de docteur en théologie, et y fut ordonné prêtre le 18 septembre 1830. Depuis 1858, il est curé à Ouddorp, près d'Alkmaar.

  © Blogger templates The Professional Template by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP